Quelle nourriture dans nos assiettes avec l’érosion des sols cultivés?

L’érosion des sols cultivés, un problème majeur, des solutions à portée de main.

L’érosion des sols cultivés est un problème majeur qui menace la production alimentaire mondiale et qui peut donc avoir de graves conséquences sur les plantes cultivées. Elle est causée par des facteurs naturels, tels que la pluie et le vent. Mais elle est également aggravée par les activités humaines, telles que le labour et la monoculture.

Principales conséquences de l’érosion des sols sur les plantes cultivées

  1. Perte de sol fertile : L’érosion élimine la couche supérieure du sol riche en nutriments, ce qui entraîne une diminution de la fertilité du sol. Les plantes ont besoin de ces nutriments pour leur croissance et leur développement. Une perte de sol fertile peut réduire la qualité et le rendement des cultures.
  2. Exposition des racines : L’érosion peut exposer les racines des plantes à l’air et à la lumière du soleil, ce qui peut les dessécher et les endommager. Des racines exposées sont plus vulnérables aux maladies et aux ravageurs.
  3. Altération de la structure du sol : L’érosion perturbe la structure du sol en le compactant ou en le rendant plus meuble, ce qui peut rendre plus difficile la croissance des plantes. Une mauvaise structure du sol peut également entraîner des problèmes de drainage, d’aération et de rétention d’eau.
  4. Diminution de la capacité de rétention d’eau : L’érosion peut entraîner une diminution de la capacité du sol à retenir l’eau. Les sols érodés ont tendance à devenir plus imperméables. Ce qui peut provoquer des problèmes d’inondations lors des fortes pluies et de sécheresse pendant les périodes sèches. Les plantes ont besoin d’un approvisionnement en eau adéquat pour leur croissance.
  5. Déplacement de nutriments et de pesticides : L’érosion peut déplacer les nutriments essentiels et les pesticides des zones cultivées vers d’autres endroits, y compris les cours d’eau. Cela peut avoir des effets néfastes sur les écosystèmes aquatiques et entraîner des problèmes environnementaux.
  6. Perte de semences : L’érosion peut emporter les semences des cultures, ce qui réduit le succès de la germination et de la culture de la prochaine saison.
  7. Une diminution de la biodiversité : l’érosion des sols cultivés peut entraîner la perte de la biodiversité végétale et animale. Cela peut nuire à la pollinisation et à la régulation des populations de ravageurs.

Contrer les effets de l’érosion des sols sur les plantes cultivées

Pour contrer les effets de l’érosion des sols sur les plantes cultivées, il est essentiel de mettre en place des pratiques de conservation des sols, telles que:

  • la plantation de cultures de couverture, 
  • la construction de terrasses, 
  • la gestion des pentes, 
  • la plantation d’arbres et d’arbustes pour stabiliser le sol, 
  • et la mise en place de pratiques agricoles durables

Ces mesures contribuent à réduire l’érosion des sols, à maintenir la fertilité du sol et à préserver la santé des plantes cultivées.

Solutions

Il existe des solutions à portée de main pour réduire l’érosion des sols cultivés. Les agriculteurs peuvent adopter des pratiques de conservation des sols, telles que :

Conserver une couverture végétale permanente, comme un couvert végétal ou un interculture, sur les parcelles cultivées.

Construire des terrasses pour retenir l’eau et les particules de sol.

Pratiquer la rotation des cultures pour améliorer la structure du sol et réduire le développement des adventices. Utiliser des engrais organiques pour améliorer la fertilité du sol.

En adoptant des pratiques de conservation des sols, les agriculteurs peuvent contribuer à protéger la productivité de leurs cultures, à préserver la biodiversité et à assurer la sécurité alimentaire mondiale.

En France, le ministère de l’Agriculture a mis en place un plan national de lutte contre l’érosion des sols. Cette action vise à promouvoir les pratiques de conservation des sols auprès des agriculteurs. Il fait partie du Plan biodiversité, annoncé le 4 juillet 2018, qui détaille au total 90 actions (réparties en 6 axes stratégiques et 24 objectifs); Il vise à renforcer l’engagement de la France dans la protection de la diversité biologique. La conservation physique des sols (lutte contre l’érosion et le tassement), mais aussi le maintien et la restauration de leur qualité, font partie de l’Axe 3 – Objectif 3.3 – Action 48.

Et les plantes sauvages dans tout ça?

Ces plantes sauvages jouent un rôle significatif dans le frein à l’érosion des sols.

  1. Conservation de la biodiversité : Les friches sont souvent des habitats riches en biodiversité. Elles abritent une grande variété de plantes sauvages, d’insectes et d’animaux. La préservation de ces zones naturelles contribue à maintenir des écosystèmes sains et à préserver la diversité biologique.
  2. Amélioration de la fertilité du sol : Certaines plantes sauvages sont connues pour leurs capacités à améliorer la fertilité du sol. Par exemple, les légumineuses sauvages fixent l’azote atmosphérique. Ce qui peut enrichir le sol en nutriments essentiels pour les plantes cultivées.
  3. Protection contre l’érosion : Les racines des plantes sauvages peuvent contribuer à renforcer la structure du sol, réduisant ainsi l’érosion. Les friches végétalisées peuvent agir comme des zones tampons pour prévenir le ruissellement et l’érosion des sols.
  4. Approvisionnement alimentaire durable : Leur présence dans les friches offrent une source d’alimentation alternative et durable. Elles peuvent compléter les cultures cultivées et contribuer à la sécurité alimentaire. En particulier dans les régions où la production agricole est vulnérable à l’érosion des sols.
  5. Promotion de la permaculture et de la résilience alimentaire : L’intégration de plantes sauvages comestibles dans les systèmes agricoles, y compris dans les friches, peut favoriser des pratiques de permaculture et accroître la résilience des systèmes alimentaires locaux face aux défis environnementaux.

« Les plantes sauvages comestibles jouent un rôle significatif dans la réduction de l’érosion des sols »

Ces plantes sauvages et la conservation des friches, jouent un rôle significatif dans la réduction de l’érosion des sols. Offrant plusieurs avantages par rapport à la culture des plantes cultivées.

Elles renforcent la structure du sol, préviennent le ruissellement, améliorent la fertilité du sol, préservent la biodiversité et offrent une source d’alimentation durable. Elles complètent ainsi les pratiques agricoles conventionnelles en contribuant à la préservation de la santé des sols, à la sécurité alimentaire et à la protection de l’environnement. La combinaison de ces deux approches peut s’avérer essentielle pour lutter contre l’érosion des sols de manière efficace et durable.

D’un point de vue nutritionnel, les plantes sauvages comestibles présentent également des avantages comparatifs par rapport aux cultures cultivées. Ces plantes sauvages sont souvent riches en divers nutriments essentiels, parfois plus que leurs homologues cultivées. De plus, elles peuvent offrir une variété de saveurs et de textures uniques, ce qui peut enrichir l’alimentation en apportant des éléments nutritifs supplémentaires.

En outre, les plantes sauvages comestibles sont généralement adaptées à leur environnement local, ce qui signifie qu’elles ont développé des mécanismes de survie qui les rendent résistantes aux maladies et aux ravageurs. Cela réduit la dépendance aux pesticides et aux produits chimiques, ce qui peut améliorer la qualité nutritionnelle des aliments.

Cependant, il est important de noter que la consommation de plantes sauvages nécessite une connaissance adéquate pour éviter de cueillir des espèces toxiques. De plus, la quantité et la qualité des nutriments dans les plantes sauvages peuvent varier en fonction de l’endroit et des conditions de croissance.

Références

https://www.ecologie.gouv.fr/plan-biodiversite-letat-renforce-moyens-preservation-des-milieux-naturels

https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/18xxx_Plan-biodiversite-04072018_28pages_FromPdf_date_web_PaP.pdf

Au Canada, le gouvernement fédéral a lancé un programme de subventions pour aider les agriculteurs à adopter des pratiques de conservation des sols.

Aux États-Unis, l’Agence de protection de l’environnement (EPA) propose une série de ressources pour aider les agriculteurs à réduire l’érosion des sols.

FAO : 

https://www.fao.org/3/ca5697en/ca5697en.pdf

https://www.fao.org/news/story/fr/item/1194358/icode/

Amandine Cancé – Savoir Sauvage Touraine


Publié

dans

,

par


Publié

dans

,

par

En savoir plus sur Savoir Sauvage Touraine

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading